Dr Jekyll ou Mr Hyde ?

Publié le 15 Septembre 2014

T’es-tu déjà retrouvé dans une situation inconfortable en raison du comportement plus ou moins inapproprié d’un bambin en public ? Mais si, tu sais, le petit qui demande tout haut pourquoi la dame elle a de la moustache. Ou encore cet autre qui hurle très fort parce qu’il voudrait du ‘cocolat et aussi des bonbons. Même que son parent à côté, il est reconnaissable au rouge carmin qui a soudain envahi son visage.

Question stupide, bien sûr que tu connais ça ! On a tous au moins deux ou trois anecdotes à ce sujet, que l’on soit parent ou non, n’est-ce pas ? Pour autant, on ne vit pas les choses tout à fait de la même façon selon de quel point de vue on se place.

Mise en situation dans une petite autofiction, (puisqu’il semblerait que ce soit à la mode) :

C’est un moment entre amis. Tout le monde se retrouve, ravi de ce rendez-vous programmé de longue date. Il faut dire que depuis la naissance des petits, ces moments de partage se font de plus en plus rares. On souhaite en profiter, papoter pour rattraper le temps perdu, pendant que les enfants font connaissance à l’autre bout du jardin.

Mais c’était sans compter sur le petit Ron qui est particulièrement excité et nous fait savoir qu’il compte bien participer à la fête lui aussi. Quitte à se faire remarquer. Il parle fort, rigole pour un rien, crie pour obtenir une réponse, gesticule dans tous les sens, fait défiler toute sa collection de jouets sous le nez de chacun, tente de lier contact en grimpant sur le dos de l’un ou en provoquant l’autre. Bref, il monopolise l’attention, et de façon plutôt musclée.

Laissons bouillir quelques heures, nous obtiendrons le subtil cocktail suivant :

  • Des parents éreintés d’avoir tenté 10.000 trucs pour canaliser leur rejeton, en vain ;
  • Des amis saoulés par le manège de l’enfant, qui ne reviendront peut-être pas de sitôt ;
  • Des enfants qui rejettent ce garçon qui ne sera définitivement pas leur copain ;
  • Un petit Ron frustré de ne pas avoir été accepté, ni par les uns, ni par les autres.

Bref, un moment qui aurait dû être convivial se terminera finalement dans la frustration pour chacun des protagonistes.

 

Je suis sûre que cette scène ne te laisse pas indifférent. Nous non plus. D’autant que c’est à peu près ce que nous vivons régulièrement depuis environ deux ans avec Bull2Boy. Enfin, c’est une facette de ce que nous vivons. Parce que ce que les autres ne voient pas, ou moins souvent, c’est à quel point cet enfant de cinq ans est également capable d’être calme et concentré, posé et délicieusement malicieux. Oui, on ne dirait pas comme ça, et pourtant il sait aussi être adorable. Et c’est justement parce que nous, parents,  on connait cette facette-là de lui, que nous trouvons les ressources nécessaires pour supporter aussi son côté Mr Hyde.

Source

Mais on comprend aisément l’exaspération des autres personnes en présence. Oui parce que supporter est un grand mot. Disons que j’ai quand même beaucoup de mal à voir mon bonhomme si doux et attentionné se transformer en Hulk à la moindre occasion, surtout lorsque la mutation a systématiquement lieu en public. (Et qu’il faut lui racheter une tenue complète à chaque fois qu’il mute en géant vert).

En fait je suis partagée entre plusieurs sentiments. De la tristesse de voir que mon fils n’arrive pas encore à trouver d’autres façons plus valorisantes de se faire remarquer. De la honte de donner l’impression que nous éduquons mal nos enfants. Et de la déception de ne pas pouvoir profiter de mes amis que je vois peu. Ce qui nous donne un beau tourbillon de colère et de frustration.

Mais ça c’était avant. Avant d’envisager les choses sous un autre angle. Avant de tilter que Bull2Boy ne faisait pas exprès d’être aussi pénible. Avant de réaliser que notre exaspération ne faisait qu'aggraver les choses.

Voilà qui fait écho au dernier atelier de parents que j’ai fait récemment, dans lequel Sandrine nous demandait :

« Si ça devait durer comme ça encore de longues années, que changerais-tu dans ton comportement ? »

Un peu comme si je m’étais déjà posée cette question, je sais que la clé est dans l’acceptation :

Il est comme ça, et quoi que je fasse ou dise ça n'y changera rien. A moi de faire avec.

Rien que de me le dire, ça m’aide à m’apaiser quand la situation arrive. J’ai réalisé que son comportement était simplement sa façon à lui, aussi maladroite et irritante soit-elle, de faire sa place et de s’affirmer, là où auparavant il n’y avait que timidité. En imaginant ce qu’il peut se passer la tête de Bull2Boy, je suis davantage dans l’empathie et il m’est plus facile de l’entourer, sans le rabrouer sans cesse.

Par ailleurs, je sais qu’il est Dr Jekyll à l’école. Là-bas il ne s’autorise pas au moindre écart, comme s’il se mettait une pression monstre pour être l’élève parfait. Pour l’anecdote, lorsqu’on déposait MissTer au périscolaire l’année dernière, il faisait le fou, disait rarement bonjour, embêtait sa sœur. Il a rapidement été catalogué comme polisson par les encadrants (même s’ils ne lui ont jamais rien dit). Quel ne fut pas leur étonnement, cette année, en découvrant un garçon obéissant et adorable, maintenant qu’il y va lui aussi !

 

Dans ces conditions, pas étonnant qu’il ait besoin de se lâcher à la maison par moment. Et tant pis si c’est mal vu par les autres, qu’il est catalogué comme enfant terrible par certains. Moi je sais qui il est, je sais aussi qu’il arrive à prendre sur lui parfois, qu’il progresse chaque jour, et que le moment viendra où il saura canaliser davantage son énergie.. Laissons-lui du temps et tachons de profiter malgré tout de nos amis. S’ils en sont vraiment, ils ne prendront pas peur pour autant, si ?

Rédigé par Aloès

Commenter cet article

babidji 15/09/2014 22:30

ohhh oui que je connais ! chez nous c'est cyclique pour Pimprenelle qui peut être parfois adorable et parfois juste insolente, insupportable, exhubérante ! Et dans ces moments on se sent désemparé car on ne reconnaît plus son rejeton et on voit le regard des autres adultes incrédules ... se demandant ce qu'est cet énergumène mal élevé etc. ... pfff on y a eu droit à deux reprises cet été ... fatiguant !!!

Aloès 16/09/2014 09:06

On se sent désemparé, c'est tout à fait ça ! Ici on peut les anticiper un peu plus maintenant, mais ça ne facilite pas forcément les choses pour autant.