Enquête sur l’année écoulée

Publié le 7 Janvier 2015

J’ai un souvenir très précis de cette journée du 10 décembre 2013. J’avais posé une journée de congé, dédiée au shopping de Noël. Mais c’est surtout de l’entretien matinal dont je me souviens. Lorsqu’elle m’avait dit :

Je crois qu’on va en rester là. Vous n’avez plus besoin de venir me voir, il n’y a qu’à regarder le chemin parcouru. On se revoit quand vous voudrez, en janvier, dans six mois, un an, jamais, c’est vous qui décidez.

J’étais ressortie de là regonflée à bloc, blindée de d’espoir, et surtout de confiance en moi. Seulement trois mois après notre premier entretien, celui que je qualifiais du Premier jour du reste de ma vie.

 

Sauf que par la suite, un malheureux incident aussi virtuel que factice (une sombre histoire tordue de pixels et de neurones entremêlés) m’a rendue ponctuellement amnésique. Que s’est-il passé après ? Les promesses furent-elles tenues ?

 

Menons l’enquête en nous mettant dans la peau d’un détective potentiel.

Enquête sur l’année écoulée

Les premiers indices se trouvent sur son blog de l’époque : On note une grande lassitude vers la fin 2013, mais colorée d’espoir malgré tout. D’ailleurs, les petits bonheurs disséminés çà et là dès début 2014 insistent sur les moments agréables.

Ah, voilà un billet qui fait du bien ! Un Etre mère avec tout un tas de d’adjectifs dithyrambiques ! On note de sacrés progrès depuis l’ouverture du blog.

Les mois suivants alternent avec du léger, du décalé, et même des projets autour de la parentalité. Elle ne nous mijoterait pas quelque chose, Mère Lacunaire ? D’ailleurs si on en croit son e-calendrier, plusieurs soirées successives sont notées sous l’intitulé Symbioza. Sept en tout, réparties sur quatre mois. Ça sent le rendez-vous caché ça. Un amant peut-être ? Ou alors elle s’abreuve de nouveautés. C’est son truc ça, la nouveauté. Surtout quand elle a le moral au beau fixe, elle se lance des sortes de défi. Il y avait eu les séances de Pilate déjà, l’année précédente. Après une recherche Internet (Google est l’ami des meilleurs détectives), il s’agirait d’un magasin. Ouais, mais le créneau en soirée ne colle pas avec des horaires d’ouverture. Bon, creusons davantage. Ah, nous y voilà. S’y déroulent aussi des ateliers pour les parents. Espérons que ce ne soit pas une nouvelle lubie ou pire, une velléité de devenir une mère parfaite ! Bon, on peut cependant reconnaître qu’elle se donne les moyens de faire bouger les choses. Un bon point pour elle.

Nouvel indice le 18 mars : le rat quitte le navire ! Ben oui, la fille quitte son blog, arguant qu’elle ne serait plus lacunaire. Je la trouve un peu présomptueuse sur ce coup-là. M’enfin, on ne va pas lui enlever ses illusions, d’autant que ça suppose qu’elle prend encore de l’assurance. Petit à petit, l’oiseau fait son nid. 

A la même date, elle ouvre un autre blog, la filoute. La voilà transformée en Aloès, plutôt prolixe entre mars et mai. Les billets sont plutôt joyeux, oui on dirait que le virage est amorcé. Tout laisse à penser qu’elle est mieux dans sa tête, cette petite. Des petits bonheurs, des réussites, de la parentalité aussi, et même quelques billets sur le couple ou la parité. Un ou deux petits coups de gueule pour la route, une touche de culturel, quelques interrogations. Rien que du positif en somme.

Ah, c’était sans compter sur ce petit accroc en mai. On sent la mélancolie dans ce texte, mais aussi la volonté de se reprendre rapidement. Si j’étais un brin psychologue (ce n’est pas aussi un peu le rôle des détectives ?), je dirais qu’elle se regarde un peu trop le nombril pour pouvoir dépasser ses peurs. Quoi qu’il en soit, elle a l’air d’avoir compris un truc. Elle ne dit pas quoi, nous laissant un peu sur notre faim. Tant pis, on en saura pas plus pour l’instant.

Ensuite elle publie seulement un billet par mois. Voilà qui ne nous avance pas beaucoup sur son état d’esprit. Jetons un œil sur son calendrier : pas grand-chose de ce côté-là non plus, si ce n’est un ou deux week-end festifs et un dossier professionnel qui prend toute la place. Pas de piste pertinente.

Ah, si, on me glisse dans l’oreillette qu’un souvenir ou deux subsistent de cet été 2014: 

On était nombreux dans une maison en bord de méditerranée, après de grosses semaines de boulot. J’étais à cran et je n’étais pas la seule. Et Bull2Boy était un peu le bouc émissaire des enfants plus grands. On a connu plus reposant comme vacances.

OK, voilà qui justifie les quelques mois sans publication. On dirait que l’humeur chafouine de la bloggeuse suffisait à l’éloigner de son clavier.

C’est fin octobre qu’arrive un billet intéressant : un choix familial a été fait. Il pourrait sembler anodin, mais je crois qu’il est en fait déterminant. Surtout lorsqu’on sait que cette fille-là a besoin de se projeter pour avancer plus sereinement.

Les quelques billets qui clôturent 2014 sont mi-figue, mi-raisin. On sent une certaine lassitude, la fatigue récurrente des fins d’année. Mais en même temps, toujours la volonté tenace d’aller de l’avant, de se prendre en main.

D’ailleurs, ce que ne dit pas ce blog mais que je sais de source sûre (anonyme, forcément), c’est que cette fin d’année fut aussi fertile en projets, en rêve, en souhaits pour 2015. Que du lest a été lâché, que des barrières sont tombées, subrepticement. De la complicité a été retrouvée, et des très bons moments familiaux ont été partagés. Ils ont même permis de commencer 2015 en beauté, tant grâce aux magnifiques paysages enneigés qu’aux sourires éclatants scotchés sur nos visages givrés.

Enquête sur l’année écoulée

Je dirais, pour conclure sur cette année 2014, et en enfilant mon costume de prof en toc qui remplirait un bulletin trimestriel :

Elève volontaire qui a des capacités. Doit continuer sur sa lancée et éviter de trop se pencher sur les obstacles au risque de tomber de tout son poids. Devrait persévérer dans l’optimisme et travailler son estime de soi pour atteindre ses objectifs.

Rédigé par Aloès

Commenter cet article

Wondermômes 08/01/2015 14:55

Oui plein d'espoir en ce début 2015 on dirait !

PetitDiable 07/01/2015 10:14

Je trouve que c'est plein d'espoir tout ça!

Aloès 08/01/2015 08:53

Oui c'est vrai, la rétrospective permet de voit le chemin parcouru plutôt que de rester sur une impression pas forcément justifiée !