Petits bonheurs en cascade

Publié le 24 Février 2015

L'autre jour je me faisais la réflexion que ces dernières années, pendant les vacances de février le moral n’avait clairement pas été de la partie. Je me demandais donc si la bonne humeur qui s'était installée depuis quelques temps allait réussir à s’imposer ou si la morosité me guettait.

Au cas où mon titre n’aurait pas fait tilt, le bilan en image :

Petits bonheurs en cascade

Les raisons du moral au beau fixe sont multiples.

Juste avant les  vacances des enfants, je retrouvais le boulot après une semaine passée au chevet d’un Bull2Boy grippé. Ça voulait dire qu’il était (quasi) guéri, et un petit bonheur, un. Tu n’es pas convaincu(e) ? Alors imagine passer quelques jours avec un enfant malade qui refuse tout médicament et l'éloignement de plus de 10 cm de son corps brulant de fièvre. So sexy, isn't it ?

Et puis, revenir bosser sachant qu’il ne reste qu’une semaine avant les congés, c’est d’un délice. Bon d’accord, j’ai passé ces journées-là à jongler entre les projets et les réunions qui m’ont bien farci la tête, mais au moins le temps est passé vite, très vite. Et je me suis sentie utile. Ca change.

 

Ensuite est arrivé le week-end, et le délestage d’un enfant (bonheur number two). Non, je n’ai pas refourgué mon gamin fiévreux, celui-là je l’ai gardé sous le coude (et envoyé contaminer d’autre bambins en construisant des trucs moyenâgeux au centre de loisirs). C’est MissTer qui est partie avec son cousin faire du ski . Ça va, je pense qu’il y a pire comme vacances, non ?

J’ai fait l’aller/retour dans la journée, histoire de ne pas replonger dans la déprime le temps d’un week-end chez mes vieux. Bon, je suis quand même rentrée la tête prise dans un étau avec des questions en pagailles, mais mes sœurs ont eu vite fait de me faire relativiser. Trop fortes.

Cette semaine avec un enfant unique a été d’un calme olympien, d’autant plus que, pas encore complètement remis, il demandait à aller se coucher dès 19h30. Les soirées furent donc longues et agréables. Non, je n’ai pas dit que d’habitude les plus-si-minis nous gâchaient ces moments-là, simplement, ... c’est différent. Et je pense que tu sais exactement ce que ça fait de ne pas se relever dix fois pour un bisou / un verre d’eau / un passage aux toilettes (ne rayer pas la mention inutile, il n’y en a pas). C’est juste fabuleux. Bonheurs sans prix.

 

Puis sont donc arrivées, non sans enthousiasme, mes vacances. Elles ont magnifquement débutées avec de longs papotages entre sœurs, sur fond de balade au bord du lac et de bons petits plats (je m’envoie des fleurs si je veux, de toutes façons je ne fais que répéter les retours des convives). Bonheur qui assoiffe.

Le second aller/retour pour récupérer la Miss fût moins mouvementé que le premier, et c’est dans la joie et la rigolade que nous sommes rentrés à la maison pour démarrer notre semaine à 3, Eurêka n’ayant toujours pas la chance de goûter aux vacances en février (mais rassure-toi, il a profité des soirées, à nouveau animées).

Comme nous trouvions que deux rendez-vous en 8 jours c’était vraiment fun, nous avons décidé de remettre ça en faisant un crochet par le médecin (Bull2Boy toujours), avant de filer au Mc Do. Oui, le planning de notre semaine a été défini en collaboration avec les plus-si-minis. Sache qu’un enfant content est un enfant qui te laisse du répit. Bonheur enfantin.

Les journées suivantes se sont enchaînées plus vite que la normale, entre une séance ciné fort sympathique avec les Nouveaux Héros, une sortie en rollers et vélo sous le soleil,  quantité de peintures & coloriages, sans compter les parties de Wii, les confections de bracelets et les constructions de Légo. Une semaine reposante pour chacun, sans trop de disputes fraternelles et avec une jauge de patience bloquée au max pour moi. Série de petits bonheurs.

 

Petits bonheurs en cascade

Et pour finir en beauté, j’ai largué les amarres pour deux journées de ski, entre adultes ! Oui, j’ai osé laisser Eurêka en tête à tête avec les mômes, rappelle-toi que je suis égoïste à mes heures. Et laisse-moi te dire qu’ils ont adoré faire une journée pyjama, ce qu’ils n’auraient pas pu avec moi. De mon côté, j’ai passé de superbes moments, et pourtant ce n’était pas gagné d’avance. Je partais avec un collègue que je connaissais peu, sa coloc et un de ses potes. Oui, j’aime le risque et partir avec des quasi-inconnus, mais je te rappelle qu’il s’agissait de faire du ski, pour une haute-savoyarde exilée, ça ne se refuse pas. J’ai rapidement été désignée comme la maman du groupe, eu égard à notre différence d’âge mais pas que. Il faut croire que j’ai finalement développée, à mon insu, la fibre maternelle ! Remarque, des enfants aussi autonomes et attentionnés qu'eux, je le souhaite à tout le monde (à commencer par moi, d’ici quelques années). Même que je ne suis pas trop ringarde dans nos discussions, même pas à côté de la plaque côté films ou musique. On a passé une très belle soirée qui s’est finie tard à jouer et papoter.

Côté neige, elle s’est mise à tomber dès notre arrivée et durant plus de la moitié du week-end, nous offrant un superbe tapis de poudreuse. J’ai donc pu essayer le snowboard dans des conditions idéales les après-midis avec un professeur improvisé hyper patient, et profiter des pistes à ski le reste du temps. Que demander de plus ?  

Bonheurs précieux.

Petits bonheurs en cascade

Rédigé par Aloès

Commenter cet article

MSL 04/03/2015 13:03

Aaahhh!! ce sont ces petits bonheurs indiquent qu'on est vivant et qu'on est passé par pire. Dans une famille, et c'est mon avis, il faut être de temps en temps égoïste. Car on prend du recul, tout seul, pour mieux avancer avec les autres membres de la famille. C'est connu, quand on est heureux, qu'on s'épanouit personnellement, cela se propage dans la maison.

Aloès 05/03/2015 10:09

J'ai l'impression que le côté égoïste n'est pas vrai pour tout le monde, mais dans mon cas c'est très clair : si je n'ai pas rempli mon réservoir affectif à moi, je suis incapable d'aider les autres à remplir le leur et l'ambiance devient vite électrique dans la maison !

teparlerdemavie 25/02/2015 13:15

J'adore les petits bonheurs! Et quelle photo magnifique!
Bise

Aloès 25/02/2015 13:28

Merci beaucoup !! Je trouve ça important de se souvenir des belles choses ;)

Aggie 24/02/2015 12:56

Je comprends que tu sois regonflée à bloc, des petits bonheurs comme ça ça fait du bien au moral!!

Aloès 24/02/2015 13:43

Tu as raison, c'est pour ça que je fais en sorte d'en organiser certains, et surtout d'apprécier ceux qui tombent du ciel, les petits bonheurs du quotidien ;)

Catwoman 24/02/2015 09:31

Ça fait du bien tous ces petits bonheurs ... Profite bien :-)

Aloès 24/02/2015 10:15

Je confirme, ça regonfle à bloc pour repartir du bon pied dans le quotidien !