La valse des petits Bonheurs

Publié le 10 Juin 2016

Cette année est ponctuée de nombreux partages, notamment en famille. Plein d’occasions de croiser l’un ou l’autre de mes frère et sœurs, en tête à tête, en comité réduit ou en grand groupe. De visu, par mail ou par téléphone, ce sont autant de liens qui s’approfondissent et m’épanouissent. Bonheur fraternel.

J’ai retrouvé le temps et le plaisir de laisser à nouveau mes doigts glisser sur les touches noires et blanches de ma sacrée boite en bois. C’est presque quotidiennement que je m’adonne à cette vieille passion, et je m’émerveille à chaque fois de la mémoire tactile quand il s’agit de rejouer un ancien morceau. Les partitions en deviennent presque inutiles et c’est les yeux fermés que je ressens plus pleinement ces mélodies qui résonnent. Bonheur fortissimo.

Le retour des beaux jours est l’occasion de profiter davantage du jardin et des joies des jeux en extérieur. Du badminton avec MissTer, des parties de ballon avec Bull2Boy, des tentatives plus ou moins réussies d’acrobaties entre mère et fils. Le tout se terminant bien souvent entre rires et câlins, couchés dans l’herbe, à chercher des formes dans les nuages cotonneux. Bonheur printanier.

La valse des petits Bonheurs

La période des anniversaires et fêtes en tous genres a été particulièrement riche en mots doux et en attentions de la part des plus-si-minis. Ils ont à cœur de nous faire plaisir, de nous mijoter des surprises et de nous déclamer leur amour sur tous les tons. Et on en redemande ! Bonheur parental.

Les quelques semaines passées loin de la maison ont été l’occasion de retrouver une vie sans enfant, sans responsabilité et sans contrainte. Une forme de liberté, toute relative puisqu’en formation, mais de liberté savourée. A base de pique-niques quotidiens sur la plage niçoise entre deux séances émotionnelles, de cigarettes partagées entre ex-futur-anciens fumeurs, de happy hour au mojito. Free kid happiness.

Et puis les retrouver huit jours plus tard, les écouter me raconter en détails les péripéties de la semaine, les grands plaisirs et les gros chagrins, les petits bobos et les belles aventures. Les attraper et les prendre dans mes bras, les renifler et les observer pour deviner à quel point ils ont changé sans moi. Mother happiness.

Pour garder un peu de cette liberté qui m’est si précieuse, et pour démarrer ma nouvelle activité en douceur, je m’octroie de plus en plus de soirées à l’extérieur. L’occasion de proposer une séance d’hypnose à une connaissance ou de partager cette expérience avec d’autres personnes en formation. Et puis de fil en aiguille, prendre aussi du temps de pur loisir, juste pour moi. Une pièce de théâtre, quelques heures dans un parc, une virée shopping. Ne plus attendre l’occasion, se créer l’opportunité. Bonheur salvateur.

Rédigé par Aloès

Commenter cet article

Wondermômes 28/06/2016 11:51

On dirait bien que tu as trouvé ton équilibre, bravo !

Aloès 28/06/2016 17:12

Oui c'est exactement ça, je me sens en harmonie et je l'entretiens chaque jour ;)