Aborder les vacances avec un nouvel état d’esprit

Publié le 29 Juillet 2016

L’été dernier, j’attendais les vacances avec une immense impatience. Je me souviens de la chaleur pesante dans mon bureau sans climatisation, et du temps passé à fouiller sur Internet pour savoir quoi voir, quoi faire, quoi découvrir dans cette région encore inconnue. Je me souviens de la tension du jour du départ, quand les valises finissent d’être bouclées et qu’on craint d’oublier quelque chose. Je me souviens des litres de pluie sur la route puis à l’arrivée, alors qu’on sortait de plusieurs semaines de canicule.

Tout ça me parait si loin aujourd’hui ! Alors que nous partons demain, les valises ne sont pas commencées, je ne suis pas sûre d’avoir de quoi faire un pique-nique pour le trajet, et j’ai à peine jeté un œil sur le site de l’office du tourisme. J’avais même oublié qu’il y aurait une piscine sur place. Et je me sens pourtant tellement zen !

Il y a un an, je me conditionnais à passer de bonnes vacances, et finalement, j’ai le sentiment de ne pas avoir réussi à en profiter aussi pleinement que je voulais. Si le cadre était magnifique et que j’y ai de très bons souvenirs, je me sentais souvent stressée par le moindre grain de sel : des enfants mécontents ou une sortie qui tombe à l’eau.

Aujourd’hui, je ne me conditionne pas. Je sais qu’il y aura des moments hors du temps, et des grains de sable dans les rouages. Et comme je le fais depuis le début de l’été, je laisserai passer les tempêtes et je saurai jouir des moments d’accalmie. Je ne focaliserai plus sur le négatif, je récolterai chaque petit bonheur inattendu. Comme ce matin où j’étais toute émue face à ma fille, la trouvant si belle, le lui disant et elle m’offrant un câlin en retour. C’est simple en fait le bonheur, il suffit de le cueillir quand il se présente.

Aborder les vacances avec un nouvel état d’esprit

Alors je me demandais ce qui pouvait bien expliquer cette différence d’attitude entre il y a un an et aujourd’hui. Il y a de nombreuses réponses possibles compte tenu de mon cheminement intérieur et extérieur cette année, et une partie de la réponse se trouve dans tout ce que ma formation m’a fait comprendre.

Et je crois qu’il y a encore autre chose qui définit mon état d’esprit actuel, c’est que je n’ai pas du tout les mêmes attentes pour ces vacances. Depuis que j’ai terminé mes études, au siècle dernier donc, les congés ont toujours été attendus comme le Graal. Soit parce que j’en avais peu et qu’ils étaient sacrés, soit parce que je n’étais pas bien dans mon travail.

Cette année, pour la première fois, les vacances d’été arrivent sans même que je m’en rende compte. Je n’ai pas compté les jours qu’elles sont déjà là, et je vais simplement croquer dedans à pleines dents.

Ce qui fait toute la différence, c’est que je suis tellement épanouie par mes activités extra-professionnelles (qui deviendront peu à peu professionnelles) que je ressens moins le besoin de m’évader, de me reposer, de vivre des belles choses dans l’urgence durant les quelques semaines de congés. Il n’y a plus d’enjeu, plus d’injonction à profiter ! Plus de pensée parasite du genre « Si tu veux être heureuse, c’est maintenant ou jamais ! » puisque je suis déjà pleinement heureuse par ailleurs, que je m’éclate dans d’autres contextes. Donc même si ces vacances sont un vrai désastre, ce ne sera pas une catastrophe pour autant.

Et puis je ressens déjà le plaisir estival depuis plus d'un mois, entre apéros et pique-niques improvisés. J’ai déjà vécu plein de jolies choses, que ce soit seule, en couple, en famille ou entre amis. Il n’y a pas besoin de faire le plein puisque je ne suis pas vide… Aucune obligation à en faire des tonnes, à accumuler les souvenirs, à ce que ce soit formidable. Simplement prendre les choses comme elles viennent et vivre chaque instant comme si c’était le premier.

 

C’est tellement plus simple quand il n’y a pas de pression !

Rédigé par Aloès

Commenter cet article

au petit bonheur 30/07/2016 08:38

Beau billet ! Vivre chaque instant pleinement, c'est sans doute là que réside le bonheur !
Je suis heureuse de pouvoir te lire à nouveau !
Bel été à toi !