Quand la légitimité s’installe sans prévenir

Publié le 27 Mai 2016

Alors que je commençais à m’habituer au fameux syndrome de l’imposteur, voilà que depuis quelques jours, je me surprends à me sentir parfaitement à l’aise et en confiance dans ce que je fais, dans ce que je suis. C’est tellement inédit que ça pourrait en être troublant, mais en fait non, parce que c’est absolument naturel, et tellement jouissif !

Ces trois derniers jours, j’ai participé à l’organisation d’une conférence. Je ne l’ai pas vraiment choisi, il était demandé à chacun de donner un coup de main. Je savais d’avance grosso modo ce que j’allais y faire, et comment ça allait se passer. Et je savais aussi que ce petit monde de chercheurs internationaux en costumes/attaché-case, devisant dans un jargon technico-scientifique de haut vol de PM10 et de NOx (comprendre de pollution atmosphérique) n’était pas le mien. Et qu’il allait falloir comprendre et répondre à des questions posées en anglais par des étrangers autant brésiliens que norvégiens (avec accents donc). Autant dire que ce n’était pas la bande-annonce du siècle.

Et pourtant, j’y suis allée pleine d’entrain, et au lieu de me rendre invisible et planquée comme parfois, j'ai fait ce que je savais faire : prendre des initiatives ! Personne ne m’avait briefé alors je me suis lancée et j’ai réorganisé le stand pour que ce soit plus pratique et accueillant. J’ai rapidement pris mes marques et me suis rendue utile en rendant service à droite ou à gauche. Finalement c’était chouette d’être là, je me suis sentie à l’aise et souriante, même lorsque je ne comprenais pas de quoi me parlait mon interlocuteur. J’ai retrouvé d’anciens collègues et pris plaisir à discuter avec eux. J’en suis ressortie bluffée par autant d’aplomb.

Alors bon, ça peut paraitre un poil prétentieux comme discours, je le reconnais, surtout qu’il n’y a rien d’exceptionnel dans tout ça. Mais quand ça fait quelques années qu’on cherche sa place, ça fait un bien fou de la trouver si naturellement, si spontanément. Surtout quand ce n’est qu’une anecdote parmi tant de changements.

Quand la légitimité s’installe sans prévenir

Prenons l’exemple de la belle-famille. J’imagine que chacun a sa vision des choses et que si certains sont immédiatement à leur place dans ce contexte, d’autres mettent du temps à s’y trouver confortable. Je fais partie des seconds et si par moments les choses semblent naturelles, ce n’est pas le cas systématiquement. Comme si tout était à redéfinir à chaque fois. Et en même temps, je me rends compte que ce n’est pas comment les autres me font une place qui rend les choses plus simples ou plus compliquées, mais davantage dans quel état d’esprit je suis.

Je vais dire des banalités mais quand on est d’humeur joyeuse, levé du bon pied, ça se voit, ça se sent et tout résonne autour. C’est comme si notre entourage était attiré dans cette ambiance chaleureuse ou heureuse, non ? De la même façon, quand on boucle sur des pensées négatives, quand on se focalise sur ce qui ne va pas, tout prend la même teinte grisâtre et même les gens gardent leurs distances.

C’est drôle parce qu’en écrivant ce dernier paragraphe, j’ai senti que l’expression de mon visage changeait en fonction de l’humeur que je décrivais. D’abord les traits relâchés, le sourire aux lèvres, puis les sourcils qui se froncent et les mâchoires qui se crispent. Je sais depuis longtemps que je suis comme un livre ouvert dans lequel on peut facilement percevoir mes émotions. Et si jusque-là je considérais ça plutôt comme un défaut, je le prends maintenant comme une qualité, comme un atout. Si ça peut permettre de partager plus d’émotions avec les autres, alors ça me va !

Pour revenir au sujet de ce billet, le domaine dans lequel je me sens tout à fait légitime aujourd’hui, c’est celui pour lequel je ne suis pourtant encore qu’en formation. Je sais que j’ai encore beaucoup à prendre et à apprendre, et que ce sera toujours le cas, mais ça n’enlève rien au fait que je me sens exactement là où je veux être. Et plus encore, là où j'ai quelque chose à faire, où je me sens utile. C’est quelque chose d’indescriptible, comme une grand OUI à l’intérieur. Ça doit être ça ce qu’on appelle trouver sa voie. Et ça a tellement de répercussions sur toutes les autres facettes de ma vie, que c’en est juste incroyable.

 

Aujourd’hui je me découvre sous un nouveau jour, et ce que je vois me fait chaud au cœur. C’est donc ça s’aimer un peu plus chaque jour ?!

Rédigé par Aloès

Commenter cet article

Wondermômes 10/06/2016 10:19

Mais c'est super, ça, j'en suis heureuse pour toi ! Bises

Aloès 10/06/2016 11:43

Merci, ça fait du bien de se sentir à sa place ;) Bises à toi !